Sur les Monts de Vaucluse se sont succédées des civilisations qui nous ont transmis une grande richesse de souvenirs et de vestiges. Elles ont pratiqué, depuis les temps les plus anciens, l’art d’assembler la pierre sans aucun liant. Bancaus, cabanes, aiguiers et autres ouvrages en pierre sèche sont partout présents dans le paysage des « collines », traces de la civilisation « pétrée » dont parle Fernand Benoît.

L’Association Pierre Sèche en Vaucluse s’est créée autour de l’intérêt pour ces témoins d’économies agricoles et pastorales anciennes, dont la disparition progressive, due à l’abandon de ces territoires, s’est accélérée ces dernières décennies par des déprédations de toutes sortes.

Elle s’est créée en 1983, avec des objectifs de connaissance et d’information, de protection et de restauration et, dans la mesure du possible, de valorisation du bâti en pierre sèche et du milieu de « colline » dont il forme l’aménagement privilégié.

Elle réalise ses projets en articulant le travail de connaissance sur le terrain et dans l’histoire, menés au long de l’année avec ses adhérents, et le travail de restauration, effectué principalement l’été, par des chantiers de jeunes bénévoles.